Ibn Khaldoun, précurseur médiéval de l'histoire des civilisations


Ibn Khaldoun (1331-1406), historien tunisien, a été l'un des premiers théoriciens de l'histoire des civilisations. Arnold Toynbee dit de lui qu'il a "conçu et formulé une philosophie de l'Histoire qui est sans doute le plus grand travail qui ait jamais été créé par aucun esprit dans aucun temps et dans aucun pays."

"Vérifier les faits

investiguer les causes"

Dans la Muqadimma, introduction en trois volumes de son Kitab al-'Ibar (Histoire des Arabes, des Persans et des Berbères), Ibn Khaldoun écrit: "J'ai suivi un plan original pour écrire l'Histoire et choisi une voie qui surprendra le lecteur, une marche et un système tout à fait à moi (...) en traitant de ce qui est relatif aux civilisations et à l'établissement des villes". Il est conscient que sa démarche novatrice qui rompt avec l'interprétation religieuse de l'histoire: "Les discours dans lesquels nous allons traiter de cette matière formeront une science nouvelle (...) C'est une science sui generis car elle a d'abord un objet spécial: la civilisation et la société humaine, puis elle traite de plusieurs questions qui servent à expliquer successivement les faits qui se rattachent à l'essence même de la société. Tel est le caractère de toutes les sciences, tant celles qui s'appuient sur l'autorité que celles qui sont fondées sur la raison." Tout au long de son oeuvre, il souligne la discipline à laquelle doivent s'astreindre ceux qui exercent le métier d'historien: l'examen et la vérification des faits, l'investigation attentive des causes qui les ont produits, la connaissance profonde de la manière dont les événements se sont passés et dont ils ont pris naissance."

"Les empires

durent environ 120 ans"

Ibn Khaldoun n'a le loisir d'étudier que le monde arabo-musulman (l'Andalousie, le Maghreb, le Machreq). C'est donc dans ce cadre limité qu'il élabore sa théorie cyclique des civilisations rurales ou bédouines ('umran badawi) et urbaines ('umran hadari). Pour lui, les civilisations sont portées par des tribus qui fondent dynasties et empires." Les empires ainsi que les hommes ont leur vie propre (...) Ils grandissent, ils arrivent à l'âge de maturité, puis ils commencent à décliner (...) En général, la durée de vie [des empires] (...) ne dépasse pas trois générations (120 ans environ)."

Ibn Khaldoun, conseiller auprès de deux sultans maghrébins, grand juge (cadi) au Caire, put observer de l'intérieur l'émergence du pouvoir politique et sa confrontation à la durée historique. Ibn Khaldoun est considéré comme l'un des fondateurs de la sociologie politique.

Sources: Discours sur l'histoire universelle (Al Muqadimma), par Ibn Khaldoun, traduit de l'arabe par Vincent Monteil (Paris/Arles, Sindbad/Actes Sud, 3e édition, 1997) et Ibn Khaldoun: naissance de l'histoire, passé du tiers monde, par Yves Lacoste (Paris, François Maspero, 1978, réédité chez La Découverte, 1998).

Œuvres de Abd al-Rahman Ibn Khaldoun
En arabe

Kitab al-'Iba [Le livre des conseils]. Sous la direction de N. Hurini, 7 vol., Le Caire, Bulaq, 1867 (H. 1263)
Muqaddimat Ibn Khaldun [L'introduction à l'histoire d'Ibn Khaldun], éd. `Abd a-Wahid Wafi, 4 vol., Le Caire, 1957.
Les Prolégomènes d'Ebn Khaldoun, 3 vol., Paris, E. Quatremère, 1858 (en arabe.)
Shifa' as-sa'il li tahdh-ib al-masa'il [Honorer les questions sur le bien-fondé des problèmes]. Istanbul, M. Ibn Tawit at-Tanji, 1958.
At-Ta'rif bi-Ibn Khaldun wa rihlatuhu gharban wa sharqan [Introduction à Ib Khaldun et à ses ouvrages d'Occident et d'Orient]. Le Caire, M. Ibn Tawit at-Tanji, 1951 (H. 1370).
Tarikh ad-duwal al-islamiya bi-l-Maghrib [Histoire des États islamiques du Maghreb]. Alger, W.M. de Slane, 1847 (H. 1263).

En traduction

Les Prolégomènes d'Ebn Khaldoun, trad. fr. de W.M. de Slane, 3 vol., Paris, 1863.
Ibn Khaldun, Discours sur l'histoire universelle, trad. fr. de V. Monteil, 3 vol., Beyrouth, 1967.
Nations et peuples du monde. Extraits des `Ibar, trad. fr., introd. et notes
Ibn Khaldun,The Muqaddimah, An introduction to history, trad. angl. de F. Rosenthal, 3 vol., Princeton, 1958; rééd. en 1967
Nations et peuples du monde, trad. fr., introd. et notes par Abdesselam Cheddadi, 2 vol., Paris, Sindbad, 1986 (extraits des `Ibar.)
La voie et la Loi ou Le Maître et le Juriste, trad. de l'arabe présentée et annotée par René Pérez, Paris, Sindbad, 1991
Le Voyage d'Occident et d'Orient. Autobiographie, trad. fr., introd. et notes par Abdesselam Cheddadi, Paris, Sindbad, 1980.

source de cette bibliographie: Abdesselam Cheddadi, "Ibn Khaldun (732 H/1332 - 808 H/1406)", Perspectives: revue trimestrielle d'éducation comparée (Paris, UNESCO: Bureau international d'éducation), vol. XXIV, n° 1-2, 1994, p. 7-20.